L’auteur s’interroge sur la catégorie d’intellectuel organique, que le philosophe marxiste Antonio Gramsci avait appliquée à l’Église catholique.

Une relecture de ce concept conduit à développer un portrait critique du théologien comme penseur ecclésial, universitaire et public (à la suite de David Tracy).

Cette triple appartenance du théologien, bien comprise, n’est pas contraire à sa liberté de parole et d’action, liberté qui découle de l’Évangile et qui peut s’affirmer dans le contexte d’une modernité revisitée.

La tradition protestante offre une vision dynamique et réaliste de cette liberté du théologien, comprise comme loyauté critique, sans rien nier des tensions et des contraintes qui sont les siennes.

Lire le fichier en pdf

Tag(s) : #Actualité de Gramsci